Nouveautés CC 2019 Photoshop

5 nouveautés CC marquantes de Photoshop 2019

Photoshop CC 2019 nous propose une quinzaine de nouveautés dans cette version (Photoshop 20)

Il s’agit évidemment comme à chaque nouvelle version, de nouveautés importantes, certes, mais dont la plupart n’influeront pas votre quotidien si vous travaillez régulièrement avec Photoshop. Vous retrouverez les nouveautés de cette version sur la page d’Adobe : https://helpx.adobe.com/photoshop/using/whats-new.html

Je vous ai fait 5 vidéos qui présentent le Top 5 de ces nouveautés Photoshop. Les 5 nouveautés qui affectent votre quotidien. Je vous ai mis également les transcriptions des vidéos ci-dessous. Enjoy !

  • Ctrl+Z
  • Transformations
  • Aperçu mode de fusion
  • Remplissage d’après le contenu
  • Outil de mise en page

Ctrl+Z

Cette version de Photoshop 2019 apporte une révolution qui n’en n’est pas une, qui est le raccourci Ctrl+Z qui est utilisé dorénavant différemment des versions 2018 et antérieures. En fait, dans les versions 2018, vous pouviez utiliser ce raccourci Ctrl+Z ou Cmd+Z sur Mac pour annuler la dernière étape. Et si vous réutilisiez ce Cmd+Z, vous alliez revenir sur l’étape initiale. C’est à dire que vous ne pouviez pas itérer, vous ne pouviez pas revenir en arrière de plusieurs étapes, pour cela on était obligé d’utiliser le panneau « Historique » qui permettait de revenir sur les étapes précédentes. Dorénavant c’est possible d’utiliser la version Photoshop 2019 avec cette Commande qui est un peu plus intuitive maintenant. On utilise le raccourci Ctrl+Z ou Cmd+Z sur les Mac, de manière plus habituelle, dont on a l’habitude de faire sur les autres applications. Maintenant, j’ai indiqué par exemple ici sur le plan de travail, 3 étapes, 1, 2 et 3. Vous pouvez voir ici dans le tableau d’Historique que je peux revenir à chacune des étapes et, en utilisant le raccourci Ctrl+Z ou Cmd+Z sur les Mac, on va pouvoir venir à l’étape précédente, de manière itérative. Donc on utilise Ctrl+Z ou Cmd+Z de manière complètement naturelle, comme on le ferait sur la suite Office par exemple. Pour revenir à l’étape qui suivait, donc faire le chemin inverse, on utilise le Raccourci Cmd+Maj+Z et on revient d’une étape à chaque fois. On peut jouer dorénavant avec ces deux Allers-Retours, ce qui est bien plus naturel qu’au préalable.

Transformations

La version 2019 de Photoshop apporte une modification importante dans les outils de transformation. L’outil de transformation, on va voir tout de suite de quoi il en retourne. Je vais créer un nouveau calque. Je créé un rectangle, avec l’outil de sélection rectangle et avec l’outil de remplissage, je vais le remplir ici en orange. Je supprime la sélection avec un Cmd + D et maintenant pour transformer ce rectangle, j’ai le choix entre utiliser le raccourci Cmd+T ou alors de venir dansEdition/Transformation manuelle. Aujourd’hui, on se retrouve avec ces petites poignées sur les côtés, comme vous pouvez le trouver dans les versions antérieures de Photoshop et ça permet de justement, venir transformer la forme. Vous voyez que quand je saisis un des coins et bien, qu’est-ce qui se passe ? Le rectangle se transforme de manière homothétique, c’est à dire, proportionnelle, c’est à dire que le ratio entre la longueur et la largeur va être maintenu tout au long de mon déplacement. Auparavant, ce n’était pas le cas, c’est à dire qu’on avait la possibilité d’amener une longueur plus grande et de faire un carré à partir de là. Pour maintenir ces proportions, il fallait maintenir la touche Majuscule enfoncée pendant la transformation. Or, aujourd’hui, en maintenant la touche Maj enfoncée, c’est tout l’inverse qui se produit. On a la possibilité toujours de débloquer cette proportionnalité entre la largeur et la longueur, en appuyant sur la touche Majuscule lorsqu’on fait la transformation. Donc c’est exactement l’inverse de la version précédente de Photoshop. Ici je vais valider. Maintenant, c’est tout autre chose lorsqu’il s’agit de travailler avec des formes vectorielles et non plus des sélections. Les outils vectoriels sont situés dans ce petit icône ici sur Photoshop, ça vous permet de faire des formes vectorielles et on va voir ici que les formes vectorielles fonctionnent complètement différemment, c’est à dire qu’elles fonctionnent « à l’ancienne » comme dans Photoshop 2018 et les anciennes, c’est à dire que quand vous voulez transformer cette forme, vous allez utiliser le raccourci Cmd+T (Ctrl+T sur les PC) et vous allez pouvoir modifier l’apparence de cette forme, mais vous le voyez ici, je n’utilise pas la touche Majuscule et les proportions ne sont pas maintenues. Maintenant, que faut-il faire pour maintenir les proportions ? Et bien, on fait comme l’ancienne version de Photoshop, on appuie sur la touche Majuscule lorsqu’on fait la transformation et vous pouvez voir que là, tout est bien proportionné. Voilà, ce qu’il faut retenir c’est que l’outil qui permet de transformer les formes va pouvoir, sur les sélections, être par défaut utilisé de manière proportionnelle et, sur les formes vectorielles, c’est exactement l’inverse, c’est à dire qu’il va falloir utiliser la touche Majuscule cette fois-ci pour maintenir les proportions.

Aperçu mode de fusion

Photoshop CC 2019 nous apporte une nouveauté bien pratique pour les personnes qui débutent avec Photoshop ou pour toutes les personnes qui ont des difficultés, et ils sont nombreux, avec les modes de fusion. Les modes de fusion, qu’est-ce que c’est ? C’est une possibilité de faire se chevaucher 2 calques différents, deux images différentes et de les faire se mélanger d’une manière ou d’une autre. On a dans Photoshop de très nombreuses possibilités de faire se mélanger les images et les modes de fusion sont une manière simple. Pour illustrer ça, on va voir immédiatement que j’ai souhaité faire figurer une image, un peu flippante, d’une forêt prise lors d’un soir de pleine lune. Effectivement, c’est une ambiance assez angoissante et pour ajouter à cette ambiance, je voulais y faire figurer un petit brouillard car l’image est un petit peu trop nette, un peu trop propre. Donc je voulais y faire figurer un brouillard. J’ai rajouté dessus ici, vous voyez ici le calque où est ma forêt et je mets par dessus, un calque où se trouve de la fumée et je vais m’en servir pour faire un calque de brouillard. Auparavant, on devait sélectionner le calque qui contenait le brouillard et faire défiler cette petite liste déroulante qui donne accès à tous les modes de fusion. Les modes de fusion, c’est une manière de dire à Photoshop « Tiens, cette image de fumée, je vais vouloir la faire fusionner, d’une manière ou d’une autre avec l’image qui est située juste en dessous » ou avec toutes les images qui sont situées en dessous, ça dépend combien vous avez de calques en-dessous. Cette possibilité là auparavant, il fallait venir ici, cliquer sur « Fondu » pour avoir le résultat sur « Fondu », cliquer sur « Obscurcir » pour voir ce que ça donne avec « Obscurcir » etc. Aujourd’hui, avec Photoshop CC 2019, plus besoin de cliquer, il y à juste à venir sur le mode de fusion que vous souhaitez et vous avez un aperçu immédiat de ce que ça peut rendre. Ici, « Densité Couleur -« . Je sais très bien ici que je serai plutôt dans « éclaircir », dans un de ces 5 modes de fusion a priori. Peut-être « Incrustation », c’est parfois intéressant, même s’il y a du noir tout en haut. Ce n’est pas un cours sur les modes de fusion ici, mais c’est pour vous montrer cette possibilité aujourd’hui de gagner un temps fou. Si vous hésitez entre un mode de fusion ou un autre, vous n’avez plus à cliquer dessus, revenir, re-cliquer dessus etc. Ici, par exemple, je vais utiliser « Densité Couleur -« . Ca donne un petit effet graphique, un petit effet BD. Et ensuite on a plus qu’à venir diminuer l’opacité si on souhaite adoucir un peu cette ambiance. Cette possibilité est vraiment vraiment formidable parce que je sais que j’ai beaucoup de stagiaires ou beaucoup de personnes qui me demandent comment est-ce qu’on peut deviner ce que va faire un mode de fusion sur un calque et souvent c’est très difficile de s’en rendre compte, même si on sait théoriquement ce que ça va donner, il est toujours très difficile de s’en rendre compte. Aujourd’hui, on va beaucoup plus vite.

Je voudrais profiter de cette vidéo pour peut-être prédire ce qui va arriver, peut-être, j’espère, si Adobe nous entend. Il y a plusieurs choses ici Mélangeur de couches, Filtre photo par exemple où on a exactement le même problème, c’est à dire que quand on va vouloir mettre un filtre sur la photo, ici on a le filtre réchauffant 85 qui s’est mis en place sur cette image, mais j’ai toute une série de filtres ici qui pourraient être intéressants, mais quand je passe dessus, je ne peux pas savoir à quelle sauce je vais être mangé en l’appliquant. Je suis obligé d’appliquer, de regarder, éventuellement de modifier l’opacité, et puis j’aimerais bien savoir ce que fait le filtre refroidissant, c’est pas mal aussi, etc. Donc ici aussi on est obligé de venir cliquer à chaque fois, se rendre compte, revenir pour pouvoir se faire une bonne idée de ce qu’on va faire. Donc aujourd’hui, Photoshop, si tu nous écoute, Messieurs d’Adobe, si vous avez une oreille attentive, ce serait pas mal de faire la même chose que pour les modes de fusion pour à peu près tous les modes d’aperçu, de mélange de couleur qu’on peut avoir sur ses calques. Merci d’avance, Ciao !

Remplissage d’après contenu

Salut, c’est Vincent, aujourd’hui, 5e nouveauté Photoshop 2019, la dernière pour nous. On va voir aujourd’hui un outil qui est formidable qui est un outil d’échantillonnage de contenu qui permet de remplacer un objet qu’on ne désire pas dans une image par un contenu qu’on souhaite échantillonner à un endroit. Pour ça, j’ai pris ici une image, où on a une jolie madame et un monsieur dans un transat derrière. On va essayer d’enlever le monsieur dan le transat derrière. On va voir comment ça se passait avant, avec les anciens outils de Photoshop, et comment ça se passe aujourd’hui, vous allez voir que ça n’a plus rien à voir, on peut travailler de manière non destructive, hyper précise, hyper efficace. Avant toute chose, si vous aimez ce type de vidéos, vous pouvez vous abonner pour évidemment ne rien rater des prochaines aventures et mettre évidemment un petit pouce, ça fait toujours plaisir. On est partis ! Première chose à faire, c’est qu’on va essayer de détourer ce monsieur dans son transat. On va le faire de manière assez rapide. Pour cela, je prends l’Outil de sélection rapide. Je vais essayer de ne pas trop déborder, mais ce n’est pas très grave si on déborde. Alors là j’ai débordé évidemment beaucoup trop. Ce n’est pas grave, ce que je souhaite avoir, c’est le détourage au niveau de l’épaule et ensuite, je vais venir avec le lasso, retirer certains endroits, avec la touche Alt enfoncée, je vais venir enlever certains endroits que je ne souhaite pas avoir. La précision ici n’est vraiment pas importante, ce à quoi il faut faire attention, c’est surtout, l’épaule de la dame ici, pour quelle soit elle-même détourée par rapport à la suite. L’objectif ici, enlever ce monsieur et le remplacer par le sable ici qui est de couleur assez unie. Vous allez voir que si l’on travaille avec l’ancienne version de Photoshop, on ne va pas avoir un aussi bon résultat que ce qu’on peut avoir avec cette version 2019. Je ne vais pas faire de calque de duplication. Généralement on recommande : « Faites un calque double pour sauvegarder votre arrière-plan ». Ici, ce n’est même plus la peine de le faire, vous aller voir pourquoi.

Edition > Remplissage d’après le contenu et vous allez voir qu’il y a une nouvelle fenêtre qui apparait. Il faut bien comprendre ce qui se passe : fenêtre de droite, on a l’aperçu, donc le résultat final auquel on doit s’attendre. Fenêtre de gauche, ici on a notre espace de travail et je vas vous expliquer pourquoi on a une partie en vert. C’est tout simplement ce qu’utilisait plus ou moins, dans les anciennes versions, Photoshop, pour calculer le contenu qui allait remplacer la sélection. Ici on peut voir que le monsieur, sur l’aperçu du rendu final, le monsieur a disparu et on n’est vraiment vraiment pas dans une situation confortable au niveau de l’épaule. C’est le moins qu’on puisse dire. Donc ici ce qu’on va faire, c’est qu’on va venir supprimer, ici vous voyez en vert toutes les zones d’échantillonnage de Photoshop. Donc Photoshop se dit « Pour remplir ma zone ici, et bien, je vais utiliser le sable blanc ici, mais je vais aussi utiliser le vert qui est là, je vais utiliser la dame, je vais utiliser la mer, le ciel etc. » Donc il fait un gloubiboulga de tout ça et il arrive à nous faire une petite crotte au niveau de l’épaule qui n’est pas du tout pertinente. Ce qu’on peut faire aujourd’hui, avec beaucoup plus d’efficacité, c’est d’utiliser cette zone verte et de la retirer. Tout simplement. On va lui dire « Ben non, je n’ai pas besoin, ni de la dame, surtout pas de l’épaule parce que c’est ça qu’on ne veut pas, ni des montagnes derrière », donc on enlève tout ça, vous avez vu avec le Pinceau « Moins », on augmente un peu la taille, ça ira plus vite. Donc voilà, on a la zone d’échantillonnage, la zone pour laquelle on souhaite dire à Photoshop « Il va falloir prendre ce contenu là pour le mettre à l’intérieur de la sélection » et vous voyez ici comme par magie, Photoshop a re-calculé automatiquement. Ca n’a rien à voir avec le résultat de la version antérieure et automatiquement on a réussi à avoir quelque chose de super propre. Donc ici on a encore une fois la possibilité de continuer à avoir des options, donc ici ça concerne toute la partie où vous pouvez changer la couleur d’échantillonnage, ça n’avait pas vraiment d’intérêt ici. On a les paramètres de remplissage qui sont vraiment des paramètres très importants, on peut avoir ici l’adaptation des couleurs, on n’en n’a pas forcément besoin ici. C’est principalement,t lorsque vous avez des gros dégradés dans l’image, dans la zone à échantillonner, si vous avez un dégradé, Photoshop va mieux travailler si vous lui dites qu’il va falloir faire attention à avoir une adaptation des couleurs élevée, voire supérieure. L’adaptation de la rotation, c’est quand on travaille sur des choses qui sont en rotation, des fleurs, des horloges, des roues etc. Une partie d’une roue de voiture par exemple qui est masquée et qu’on veut la recréer, Photoshop va pouvoir le faire, il va pouvoir le faire, il va falloir lui dire « Voilà, ici c’est une zone ouille faut prendre en compte l’environnement de cette sélection et fait bien attention que ce soit une forme circulaire ». Il va reprendre et il va appliquer automatiquement un angle au remplissage. L’échelle, c’est une option dont on n’a pas non plus ici besoin, ça permet d’avoir, quand on a des motifs répétés sur un mur par exemple, qu’il y a une perspective, un point de fuite, on va faciliter le travail de Photoshop en lui disant « Voilà, ici il y a un point de fuite, ici il y a une échelle, il y a des carreaux qui se répètent et ils vont être de plus en plus gros ou de plus en plus petits », On va lui dire « Ici il va falloir faire attention à ça ». L’effet Miroir, c’est quand on a un effet en miroir, c’est à dire quand on a une zone à échantillonner à droite et une zone à échantillonner à gauche et qu’il y a une réflexion. Ca peut être aussi en haut et en bas comme ça peut être sur le reflet d’un lac, quelqu’un qui se regarde dans un miroir, on va pouvoir recréer une image à partir d’une zone, mais, en miroir. Ca c’est vraiment les paramètres de base de remplissage qui sont vraiment intéressants, ici toujours le petit icône qui permet de revenir à la situation initiale, je ne vais pas le faire sinon on va revenir en arrière. Et, chose, très importante, ce pourquoi je vous disait qu’on n’avait pas besoin d’avoir de calque dupliqué, de duplication de calque immédiatement, c’est que aujourd’hui on a la possibilité de sortir la nouvelle zone qui viendra remplacer la sélection, sur un nouveau calque. Immédiatement sur un nouveau calque. On peut également choisir de l’utiliser sur le calque sélectionner, dans ce cas-là, on va avoir alors une fusion des deux calques et on n’aura pas la possibilité d’intervenir sur la sélection par la suite et on avoir avoir enfin, la possibilité de dupliquer le calque et de le fusionner. C’est assez compliqué et moi, je préfère largement avoir un nouveau calque, vous allez voir, on peut refaire tout ce qu’on veut par la suite. C’est à dire que ici on va désélectionner, le résultat est quand même vachement bien, et on a ici, « Arrière-Plan Copie », et si je masque, on a le monsieur et donc si ici on ré-affiche la partie de sable, on a cette partie là. Pourquoi c’est intéressant ? C’est intéressant parce que aujourd’hui si on a bien fait notre travail au niveau de l’épaule, le travail de détourage, on va pouvoir facilement venir retravailler par la suite avec l’Outil de Tampon de duplication par exemple, on va pouvoir venir ré-échantillonner certains endroits. Sans avoir de soucis pour venir par la suite sur le calque. Donc on a la possibilité d’adoucir ou de venir mettre un filtre par dessus etc. On a vraiment le choix de le faire, on a aussi le choix de pouvoir le fusionner (Ctrl+E ou Commande+E sur les Mac). Aujourd’hui, c’est quelque chose qui est complètement à l’intérieur de Photoshop donc c’est une technologie vachement avancée, c’est quelque chose qui me bluffe à chaque fois, parce que aujourd’hui, il travaille super bien, on n’a plus de problème justement d’avoir un bout d’épaule qui vient et qui dépasse etc. et on a cette possibilité de le faire de manière extrêmement rapide. J’espère que cette vidéo vous a plu, on se retrouve pour d’autres vidéos très bientôt, en attendant, abonnez-vous, mettez un pouce et faites de beaux photomontages, faites de belles photos A+ Ciao !

Lien de la vidéo : https://youtu.be/TlkP2j-V9F4

Outil de mise en page

Photoshop CC 2019 nous présente une nouveauté qui est utile pour la création de brochures et d’affiches. Les designers qui fonctionnent d’habitude sur le principe de retoucher leurs images dans Photoshop et de les importer dans Indesign pourront savoir assez facilement de quoi il  est question, vue que cet outil qui est l’Outil « Image » avec le raccourci clavier K, se trouve être l’équivalent de la flèche noire, la flèche blanche dans InDesign. Donc, on va voir tout de suite de quoi il en retourne en choisissant une image que l’on souhaiterait placer ici, dans l’emplacement laissé vide. Pour cela, j’ouvre le finder, je viens chercher mon image et je fais un glisser-déposer à l’intérieur du document.  L’image est un peu grande et met donc un peu de temps à arriver. Je vais vouloir la placer à cet endroit-là. Je valide.  Je mets l’image ici, dans le dossier « Image » que j’avais créé. Je vais lui donner la forme que je souhaite. Moi je souhaiterais lui donner la forme carrée du logo qui est ici. Pour ça, je m’assure bien d’avoir le calque contenant l’image qui est sélectionnée. Avec également ici l’Outil Image qui est sélectionné et je viens tracer un café. Alors pour tracer un vrai carré, il faut appuyer en même temps qu’on trace la forme, sur la touche Majuscule. Ainsi vous maintenez les proportions. Pour l’instant, on ne s’inquiète pas vraiment de la forme et de l’emplacement. On a juste tracé notre carré. On va pouvoir modifier notre carré ici, et modifier l’image qu’il y a à l’intérieur. Alors, pourquoi est-ce qu’il faudrait modifier ce carré, c’est parce qu’on voit ici que le logo est présent dans un carré qui a tourné de 45 degrés. On va pouvoir modifier à la fois, le carré, mais aussi l’image, parce que on voit que l’image est, elle-même, il manque ici un petit espace pour compléter. On va d’abord s’occuper ici en cliquant sur le petit icône de la forme, de modifier l’emplacement, avec le raccourci clavier Cmd+T et on tourne à 45 degrés. Pour être sûr qu’on est bien à 45 degrés, il faut maintenir la touche majuscule enfoncée en même temps de manière à y aller par paliers. On arrive à 45 degrés. On voir que du coup on a un emplacement qui est un petit peu trop grand donc on va venir réduire et jouer avec de manière à venir à l’emplacement final de l’image. Voilà. Pas mal. Je valide. Mon emplacement à été défini, le problème est que mon image est un petit peu petite pour être à l’intérieur de l’emplacement . Donc je viens cliquer sur l’image à l’intérieur du calque. Je fais Cmd+T et je viens élargir l’image. J’appuie sur Maj en même temps pour maintenir les proportions. Je déplace l’image bien à l’intérieur du cadre. Après, c’est une histoire de goûts et de couleurs… On valide et on va voir immédiatement qu’on a maintenant un document avec une image qu’on va pouvoir venir à la fois modifier par la suite, on va pouvoir modifier l’emplacement avec l’outil de Déplacement, il faut qu’on sélectionne l’image , on peut tout à fait alors modifier l’emplacement de l’image mais on peut aussi modifier l’emplacement en lui-même avec le raccourci Cmd+T, en diminuant ou en augmentant. J’espère que cette petite nouveauté vous sera bien utile et vous permettra de faire de jolies brochures ! Ciao !

 

Photo by Franck V. on Unsplash